COUPE STANLEY – Cette nuit, Edmonton compte rebondir

COUPE STANLEY – Cette nuit, Edmonton compte rebondir

Illustration: NHL Media

Connor McDavid et les Oilers ont pris l’habitude de rebondir après une défaite dans les séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2024 et devront poursuivre cette tendance pour égaliser la finale avant que la série ne se déplace à Edmonton pour les matchs 3 et 4. Les cinq victoires du club après une défaite cette saison sont à égalité avec le deuxième plus grand nombre de victoires dans une année de séries éliminatoires dans l’histoire de la franchise (5-3 en 1991), un de moins que la marque de 6-2 qu’ils ont eu en 2006.

  • Edmonton a partagé ses quatre Game 1 cette saison, mais avant 2024, elle en avait perdu sept d’affilée, depuis les qualifications pour la Coupe Stanley en 2020 jusqu’au deuxième tour en 2023. Dans chacun des trois derniers cas où ils ont subi une défaite au premier match (et dans cinq des six derniers depuis 2022), les Oilers ont réagi en égalisant la série à 1-1.
  • Dans l’ensemble, les Oilers ont abandonné le premier match d’une finale pour la quatrième fois et cherchent à rebondir pour remporter un championnat pour la deuxième fois après 1985, lorsque le club a enchaîné quatre victoires consécutives contre les Flyers en route vers sa deuxième Coupe Stanley consécutive.
  • Chacune des trois dernières équipes à avoir rebondi d’une défaite en début de série en finale avec une victoire dans le deuxième match a ensuite remporté la Coupe – et a mis fin à une longue attente de championnat ou a obtenu son premier titre : Louis (4-3 contre BOS en 2019) et Washington (4-1 contre VGK en 2018).
  • McDavid a marqué 54 points en carrière (18-36-54 en 28 matchs) dans tous les matchs d’après-saison suivant une défaite et 16 points dans ce scénario pendant les séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2024 (3-13-16 en 6 matchs) – c’est déjà le plus grand nombre de points en une seule saison dans l’histoire de la franchise et deux de plus que le suivant (Esa Tikkanen : 7-7-14 en 1991, 8 matchs et McDavid : 5-9-14 en 2022, 7 matchs).
LES PANTHERS PLUS PROCHES QUE JAMAIS

Les Panthers mènent 1-0 pour la troisième fois de la saison, après le premier tour où ils ont remporté les trois premiers matchs (en grande partie grâce aux efforts inoubliables de Sergei Bobrovsky et Carter Verhaeghe dans le deuxième match), et la finale de conférence où ils ont été menés 2-1 après des défaites consécutives en prolongation. La fiche de la Floride pour le deuxième match dans un match au meilleur des sept manches est de 50-50, mais elle cherchera à améliorer cette fiche et à devenir la quatrième équipe consécutive à prendre une avance de 2-0 dans la série en finale.

  • Bobrovsky a une série d’arrêts de jeu de 61:40 depuis la troisième période du match 6 de la finale de conférence. La dernière fois qu’une finale de la Coupe Stanley a commencé par un jeu blanc, en 2011, Roberto Luongo, de Vancouver, a empêché les Bruins de marquer pendant les 89 premières minutes de la série – la neuvième plus longue série de jeux blancs de l’histoire de la LNH par une équipe pour commencer la finale.
  • Bobrovsky et les Panthers réaliseraient une première dans la LNH s’ils réalisaient un autre blanchissage lundi : les Oilers n’ont jamais été tenus à zéro but dans des matchs consécutifs de séries éliminatoires (y compris dans les saisons suivantes). La dernière fois qu’Edmonton a subi des défaites consécutives par blanchissage à un moment donné, c’était en 2020-21, le 27 février et le 1er mars, tous deux contre Toronto.
LES AUTRES SÉRIES FINALES QUI ONT DÉBUTÉ PAR UN JEU BLANC

Le jeu blanc de Sergei Bobrovsky samedi était le 16e réalisé par un gardien de but dans un match 1 de la finale de la Coupe Stanley, mais seulement la 15e série de championnat à débuter par un jeu blanc. Comment cela se fait-il ? En 1927, alors que les équipes de la LNH étaient pour la première fois les seules à se disputer la Coupe Stanley, le premier match de la finale s’est soldé par une égalité 0-0 grâce aux performances parfaites d’Alec Connell, des premiers Sénateurs d’Ottawa, et de Hal Winkler, des Bruins. Ce cas de 1927 est le deuxième d’une série de cinq années consécutives au cours desquelles la finale a débuté par un jeu blanc, mais cela ne s’est produit que neuf fois au cours des 93 séries de championnats depuis 1931.

  • Les Maroons de Montréal de 1926, les Devils de 2003 et les Red Wings de 2008 ont tous commencé par deux blanchissages consécutifs, tandis que les Maple Leafs de 1945 ont pris une avance de 3-0 dans la série grâce à trois blanchissages consécutifs de Frank McCool (avant d’être contraints de disputer un 7e match). Le cinquième cas s’est produit en 1947, lorsque les Maple Leafs ont réalisé un jeu blanc dans le deuxième match après que les Canadiens en aient réalisé un dans le premier.
  • Six équipes ont rebondi après avoir été blanchies dans le premier match de la finale en remportant le deuxième, dont trois dans l’ère moderne de la Ligue (depuis 1943-44) : les Devils de 2001, les Islanders de 1984 et les Maple Leafs de 1947. Avant cela, les Rangers de 1928, les premiers Sénateurs de 1927 (après l’égalité 0-0 du premier match) et les Canadiens de 1919 (dans une série finalement annulée en raison de l’épidémie de grippe) ont également réussi cette prouesse.
  • Les blanchissages consécutifs de 2008 et 2003 ont été réalisés respectivement par Chris Osgood et Martin Brodeur, qui ont remporté la Coupe Stanley. Dans les trois cas de l’ère moderne où une équipe a remporté le deuxième match après avoir été blanchie dans le premier match de la finale, elle l’a fait en encaissant moins de deux buts : Brodeur a soutenu les Devils avec un effort de 19 arrêts en 2001 (2-1 W au COL), Billy Smith (22 arrêts) et un tour du chapeau de Clark Gillies ont guidé les Islanders en 1984 (6-1 W contre EDM), et en 1947 Turk Broda a réalisé un blanchissage alors que les Maple Leafs égalisaient la série (4-0 W à MTL).
QUELQUES STATISTIQUES

Un coup d’œil sur quelques statistiques avancées via NHL.com/EDGE à l’aube de la finale de la Coupe Stanley :

  • Dans la zone à haut risque, Sergei Bobrovsky a le plus grand nombre d’arrêts (122), le deuxième plus grand nombre de tirs contre (140) derrière Igor Shesterkin (147) et le deuxième plus haut pourcentage d’arrêts (.871). Lors des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2023, le pourcentage d’arrêts de Bobrovsky s’élevait à 0,831, ce qui le plaçait au huitième rang.
  • Collectivement, les Oilers (882,57 miles) et les Panthers (839,46 miles) ont parcouru 1 722,03 miles depuis le début de la saison, soit un peu plus de la moitié de la distance qui sépare leurs stades respectifs (2 541 miles). Avec des temps de jeu de 62,81 miles et 58,22 miles respectivement depuis le début de la saison, aucune des deux équipes n’est susceptible de dépasser l’équipe ayant parcouru le plus de miles avant le troisième match (ou la prolongation de lundi).
30 Avr 2024 - 20h00 Swiss Life Arena
ZSC Lions ZSC Lions 2
Lausanne HC Lausanne HC 0
27 Avr 2024 - 20h00 Vaudoise aréna
Lausanne HC Lausanne HC 5
ZSC Lions ZSC Lions 3
25 Avr 2024 - 20h00 Swiss Life Arena
ZSC Lions ZSC Lions 3
Lausanne HC Lausanne HC 0
23 Avr 2024 - 20h00 Vaudoise aréna
Lausanne HC Lausanne HC 5
ZSC Lions ZSC Lions 2

Quel est le meilleur gardien des récentes séries?

>>>

Matchs au programme

Quel est le meilleur gardien des récentes séries?

>>>

>>>

>>>

>>>

>>>

>>>

>>>

>>>

Est-ce que vous désirez être averti(e) par notification pour les nouvelles actualités?
Oui, très volontiers Non merci