NATIONAL LEAGUE – Finale (1/7): Zurich gagne la première manche, mais Lausanne est dans le coup

NATIONAL LEAGUE – Finale (1/7): Zurich gagne la première manche, mais Lausanne est dans le coup

Connor Hughes stoppe Sven Andrighetto - Photo: PostFinance/KEYSTONE/Ennio Leanza
Finale (Bof 7) – Acte I

Swiss Life Arena (Zurich), 12’000 spectateurs. – Arb.: MM. Wiegand, Borga, Fuchs, Obwegeser.

Buts (SOG: 28-35)
14:40 Riat (Fuchs, Hughes / PP1) 0-1
29:34 Weber (Lamiko) 1-1
31:37 Grant (Marti) 2-1

Série: Zurich mène 1-0.

Double décision qui en aura surpris plus d’un à la lecture de la feuille de match: la titularisation de Connor Hugues (on pensait que Geoff Ward laisserait souffler son portier) et la présence d’Henrik Haapala à la place de Robert Kovacs. Lausanne qui qui aussi se passer des services de Christian Djoos. Un long moment d’observation, près de huit minutes, avant de voir les premières interventions décisives de Hugues devant une formation qui n’a pas eu vraiment l’initiative du jeu pourtant.

Oui, Lausanne a réalisé un très bon premier tiers, a regardé les Zurichois droit dans les yeux, et a même ouvert le score par Damien Riat. L’expression de vingt minutes quasi-parfaites d’un LHC emmené offensivement par un Jiri Sekac très remuant. De quoi obliger le «Zett» à revoir son approche du match pendant la première pause.

Ce qui nous vaut 90 premières secondes de folie en début de 2e tiers avec deux grosses occasions dans chaque camp, dont un poteau de Riat. Puis un peu plus tard, avec Raffl, Sekac et Tim Bozon, Lausanne aurait dû marquer le 0-2. Mas l’emprise de l’équipe locale devient de plus en plus visible. Après deux minutes de boxplay épuisantes, le LHC laisse Yannick Weber tenter sa chance de la ligne bleue, Chris Baltisberger fait écran devant Hughes et l’égalisation des Zurichois tombe comme un fuit mûr.

Tout comme le 2-1 de Derek Grant deux minutes plus tard grâce à Derek Grant qui inscrit son… 9e but de ces playoffs. La deuxième période appartient aux Zurichois qui ont lâché un peu plus de puissance physique en réponse aux intentions vaudoises. Le LHC va peut-être même apprendre à se montrer moins ambitieux et fermer un peu plus le jeu.

À 10 minutes du terme, les deux équipes en étaient à 26 tirs cadrés partout, c’est dire que le match se joue encore une fois sur un détail. Problème: Lausanne a des occasions sporadiques, mais pas assez franches pour rétablir la parité. Le LHC a surtout raté quelques moments-clés dans la partie, notamment lorsque le 0-2 était au bout de sa crosse. Et Simon Hrubec a parfois caché les manquements zurichois. Donc des regrets, mais aussi des certitudes: les Lions lausannois ne se coucheront pas devant leurs homologues alémaniques. Car ils se sont même parfois montrés supérieurs…

Troisièmes au classement de la saison régulière, les hommes de Geoff Ward ont donc sorti Davos (6e) avant d’éteindre Fribourg-Gottéron (2e). Reste donc à dompter le Lion zurichois pour fêter un premier sacre national et aisi réaliser le même exploit que Genève-Servette, il y a douze mois..

Les Zurichois sont considérés par de nombreux experts et connaisseurs comme les grands favoris avant la saison. Et pour une fois, ils ont – jusqu’ici – tenu leurs promesses. Ils ont pratiqué le meilleur hockey pendant 52 tours et se sont présentés en ogres en séries éliminatoires. Qui, pour eux, ont duré… huit matchs. Soit le temps de deux qualifications 4-0 contre BIenne et Zoug.

Dans ce cas de figure, mieux vaut se dire (en tout cas côté lausannois) que tout cela est désormais de l’histoire ancienne. Une finale, c’est un nouveau championnat, sur sept matchs… ou moins. Une petite différence outefois? Pendant que les Vaudois se bagarraient pour obtenir leur ticket, les Zurichois se royaumaient devant leur télé.

Un autre Lausanne

Il faut effacer maintenant de la mémoire collective les errements d’un passé proche pour comprendre que Lausanne, c’est devenu du solide. En est-on totalement conscient sur les bords de la Limmat? Inconsciemmement, les grands clubs alémaniques ont tendance à voir en leurs opposant romands des équipes plus techniques que physiques (c’est vrai), dont l’ambition de créer du jeu leur revient souvent sur le nez comme une porte qui claque. Avec ce LHC-là, ils seront surpris, même s’ils ont été prévenus.

Cette saison, Lausanne sait être dur, mais aussi intelligent. Dans de nombreux matchs, les statistiques de tirs au but n’ont pas été en faveur du LHC, mais l’efficacité a été décisive à la fin du concert. Malgré tout, le point fort de cette équipe est son offensive. C’est l’équipe qui a tiré le plus de fois au but (qualification et playoffs). Les Vaudois marquent 2,58 buts par match en playoffs, seuls les ZSC Lions ont une meilleure statistique (3,38/match).

Le gardien Connor Hughes est chaud-bouillant: avec deux blanchissages à son actif, Hugues a réalisé 301 arrêts depuis le début des playoffs pour un taux d’arrêts de 94,06%. Et puis, il y a le meilleur marqueur Antti Suomela et l’attaquant Jiri Sekac sont en pleine fine. Sans oublier l’homme qui apparait être le plus important pour l’équipe sans doute: Michael Raffl. Ils attirent l’attention et c’est tant mieux: c’est toute l’équipe qui est capable de trouver le chemin du but. Voilà qui a permis à Théo Rochette (3 buts, 5 assists) de porter le maillot de Topscore.En s’appuyant sur une défense dépourvue de très grands noms mais à la productivité défensive et offensive remarquable.

Zurich impressionnant

La domination des Lions zurichois est impressionnante cette saison. Largement premiers de saison régulière avec 109 points marqués en 52 rencontres jouées, les ZSC Lions n’ont donc toujours pas perdu un match dans ces playoffs. Des matchs totalement maitrisés qui permettent, par exemple, à la formation de Marc Crawford de rester sur trois matchs derniers matchs à l’extérieur sans encaisser le moindre but.

Lors des derniers affrontements entre les deux équipes, l’avantage est pour le moment du côté des ZSC Lions qui se sont imposés à trois reprises. Ils le doivent beaucoup à un certain Simon Hrubec. Arrivé la saison passée, le gardien tchèque est tout simplement époustouflant devant la cage des pensionnaires de la Swiss Life Arena. Aligné lors des huit matchs de playoffs de son équipe, il a donc déjà réalisé trois blanchissages. Avec 210 arrêts, il dispose d’un taux d’arrêts de 95,45%.

Avec sa défense très typée NHL, Zurich peut aussi voir venir. Côté offensif, les ZSC Lions ont disposé d’un trio particulièrement efficace lors des deux premières séries. Sven Andrighetto (1 but, 10 assists), Derek Grant (8 buts, 2 assists) et Denis Malgin (4 buts, 4 assists) ont été ultra dominants face au HC Bienne et au EV Zug.

30 Avr 2024 - 20h00 Swiss Life Arena
ZSC Lions ZSC Lions 2
Lausanne HC Lausanne HC 0
27 Avr 2024 - 20h00 Vaudoise aréna
Lausanne HC Lausanne HC 5
ZSC Lions ZSC Lions 3
25 Avr 2024 - 20h00 Swiss Life Arena
ZSC Lions ZSC Lions 3
Lausanne HC Lausanne HC 0
23 Avr 2024 - 20h00 Vaudoise aréna
Lausanne HC Lausanne HC 5
ZSC Lions ZSC Lions 2

Quel est le meilleur gardien des récentes séries?

>>>

Matchs au programme

Quel est le meilleur gardien des récentes séries?

>>>

>>>

>>>

>>>

>>>

>>>

>>>

>>>

Voulez-vous être averti(e) pour les nouvelles actualités? OUI NON