SIERRE – Mario Pouliot: «Ça veut dire quoi, être exigeant?»

SIERRE – Mario Pouliot: «Ça veut dire quoi, être exigeant?»

Mario Pouliot - Archives/LHJMQ/ PH

Une arrivée qui a fait qund même pas mal de bruit. D’abord parce qu’elle signifiait le fin de la collaboration entre le HC Sierre et Yves Sarault. Et puis, il n’et pas courant de voir débarquer du Canada le beau-père d’un étranger du club pour entreprendre sa première expérience chez les professionnels à… 60 ans! Or, c’est bien sur une idée d’Eric Castonguay que Mario Pouliot est arrivé à Graben. Pour le Nouvelliste, il s’est exprimé sur les circonstances de son arrivée. En voici quelques extraits…

«Jeudi, j’ai donc pris l’avion et vendredi, j’ai atterri à Genève. Ensuite, j’ai rencontré Alain Bonnet, le président, puis Alex Canaguier (ndlr: le coach assistant) et Emmanuel Tacchini et, enfin, les leaders de l’équipe afin de comprendre le fonctionnement du groupe.(…) Samedi matin, j’ai rencontré les joueurs et l’après-midi, nous partions pour Küsnacht. En deux jours, j’ai quand même pu me faire une idée de la situation.», résume le Canadien qui avait déjà été sollicité par une équipe professionnelle. «Oui, pas plus tard que la saison passée. Un club de Ligue Magnus, en France, m’avait proposé sa première équipe. Mais j’ai refusé parce que je n’avais pas obtenu les conditions que je souhaitais.»

«Je me suis senti à ma place»

Et Mario Pouliot de découvrir donc le milieu professionnel et les adultes à 60 ans. «Je n’étais pas perdu du tout à Grasshopper lorsque j’ai pris place au bout du banc. C’était mon premier match professionnel, mais rien ne m’a surpris. Je me suis senti à ma place. (…) Je n’ai pas débarqué à Sierre dans mes gros sabots. Je veux avoir avec les joueurs des discussions d’homme à homme. J’ai 60 ans, mais je ne me considère pas comme un entraîneur «old school» avec de vieilles méthodes.»

Celui qui voit cette offre comme une opportunité, en citant les exemples de Louis et René Matte, se verrait bien prolonger son séjour en Europe. «Et entamer une nouvelle vie!», ose celui qui remplace donc Yves Sarault, jugé trop dur par certains joueurs. «Moi aussi, je suis un entraîneur exigeant. J’ai des standards élevés, mais ça veut dire quoi, être exigeant? Dans une entreprise, il y a des règles à suivre et un travail à réaliser. J’ai des attentes en termes de discipline, de détails et de notre façon de jouer. Ces aspects ne sont pas négociables mais je ne veux pas menotter les joueurs non plus. Ils doivent aussi bénéficier d’une certaine liberté. C’est la façon dont tu transmets ton message qui est importante. Par exemple, avec les jeunes, aujourd’hui, il faut faire attention à tout.»

FIL ACTU EN CONTINU

SONDAGES

Qui sera champion de Suisse 2023/24?
Play-off 2024 - Matchs à venir
Swiss Life Arena, Zurich
Play-off National League
Finale
vs
16 Avr 20h00
Vaudoise aréna, Lausanne
Play-off National League
Finale
vs
18 Avr 20h00

voir le tableau des play-off

National League

Swiss League

MyHockey League

HOCKEY FéMININ

HOCKEY JUNIORS

HOCKEY RéGIONAL

Voulez-vous recevoir des notifications pour les news? Très volontiers Non merci